Sign In

ASMEX : À LA DECOUVERTE DU MARCHÉ SUISSE .

economie
Partage Max2 octobre 2023Dernière mise à jour :Il y a 10 mois
ASMEX : À LA DECOUVERTE DU MARCHÉ SUISSE .

Le marché alimentaire suisse, un marché

de niche « premium » à explorer

“Doing Business with Switzerland”, un webinaire organisé par l’ASMEX en collaboration avec SIPPO, le 25 septembre 2023.

Cette rencontre fait partie de la phase 2 de la collaboration entre l’ASMEX et SIPPO et prépare le terrain à un Study tour qui sera organisé dans quelques semaines en Suisse.

Il s’agit d’un marché de niche, avec beaucoup d’opportunités pour les exportateurs marocains.

L’Association Marocaine des Exportateurs (ASMEX) a organisé, le lundi 25 septembre 2023, en collaboration avec Swiss Import Promotion Programme (SIPPO), un webinaire intitulé « Doing Business with Switzeland », en guise de préparation à la mission « Study Tour », qui aura lieu prochainement en Suisse. Les participants ont pu ainsi identifier les produits susceptibles d’intéresser le consommateur suisse et de booster les échanges avec ce nouveau marché.

Ce webinaire était animé par Jonas Spahn, expert en produits alimentaires, en présence de Myriam Sif, Représentante du programme SIPPO au Maroc et Karim El Haoud Export Promotion Manager du Programme SIPPO. Il s’inscrit dans le cadre de la série de webinaires « Doing Business », organisés par l’ASMEX pour présenter les opportunités offertes par différents marchés étrangers et fait partie de la deuxième phase de la collaboration entre l’ASMEX et Swiss Import Promotion Programme.

Lors de sa présentation, Jonas Spahn s’est arrêté sur plusieurs points importants dont principalement la demande sur les produits marocains, le paysage concurrentiel en Suisse ainsi que les opportunités et les challenges qui s’offrent aux exportateurs marocains sur ce marché.

“Les produits du terroir marocains sont très demandés à l’étranger et la Suisse ne fait pas exception, mais c’est un marché qui a ses particularités et qui est connu pour être « premium ». Pour se démarquer, il est donc impératif de se renseigner sur les régulations, les tendances et les préférences relatives au pays, afin d’affiner le profil de l’entreprise et de bien se positionner”, explique Jonas Spahn.

La Suisse compte aujourd’hui, 8,8 Millions d’habitants, 4 cultures et donc 4 langues officielles. Avec une industrie alimentaire très développée et un grand pouvoir d’achat, le pays réalise aujourd’hui environ 30 Milliards Francs Suisses de chiffres d’affaires pour les produits alimentaires, mais c’est un marché très consolidé, avec deux acteurs principaux (Migros et COOP) qui couvrent environ 80 % des achats.

Selon l’animateur du webinaire, le marché alimentaire suisse est composé de trois canaux de distribution : Les chaînes de supermarchés, les magasins en ligne, et les HORECA (Hôtel, restaurants, Cafés). L’expert recommande vivement de se rapprocher des Associations qui sont des organisations de lobbying et d’influence politiques, des commerces traditionnels, des commerces en ligne, des producteurs et fournisseurs, ainsi que des organismes de certifications.

D’après Jonas Spahn, le marché du bio est très populaire en Suisse, notamment pour l’huile d’argan et les fruits secs, ce qui est un avantage pour les producteurs et exportateurs marocains engagés dans le développement de l’agriculture biologique pour promouvoir une production agricole respectueuse de l’environnement. De nombreuses initiatives et programmes sont mis en place pour encourager les agriculteurs à adopter des pratiques biologiques.

« Il y a aussi des grandes surfaces où l’offre est quasi inexistante, une ouverture à ne pas négliger par les exportateurs marocains. Toutefois, il faut prendre en considération les freins auxquelles ils pourraient faire face, telles que les nouvelles restrictions relatives aux exportations en masse, la concurrence sud-européenne pour les produits comme l’huile d’olive ou le safran, la diminution de l’offre due aux problèmes climatiques… », note Jonas Spahn. A noter que les importations ont connu une baisse drastique en termes de quantités entre 2018 et 2020, mais la valeur de certains produits, surtout le safran, est en hausse.

Lien Court

Laisser un avis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Termes des commentaires :

You can edit this text from "NewsBT Panel" to match the comments rules on your site